Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/381

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLXXIV[1]

Molt est joiant Hestous, quant il entent
6490Che por cestui avroit delivrement.
L’en li aporte son rice guarniment ;
123 bLe fil le roi l’arme meesmement.
Quant il se voit armé entierement,
En son cors jure le Roi onipotent
6495Mal le donroit Paien engombrement.
Malgeris garde, poi li dit fierement :
« Amiral sire, je te fais sagrement
« De vive guere a tretot mon vivent.
« Aubergiés m’ais une nuit solement :
6500« Se Deus de gloire e mon brant le consent,
« Je paierai mon hoste entierement
« De tiel mainere cum firent mi parent. »
Respont li roi : « Alez vos mantenent,
« Che ces paroles avrunt mester breument. »
6505Le duch devalle dou mastre mandament ;
Menez i fu son ceval de present ;
Il saute sus par sun estreus d’arjent,
Pois s’aficha desor si roidement
Plus d’une paume le dur choir se destent.
6510Ysoreç jure Maomet coiement :
« Je ni taing mie Rolant ni fol ni lent
« Quant per toi fist de moi le chanjament. »

CCLXXV[2]

Ysoreç voit sor sun cival monter,
Pois comanda amener li destrer
6515Che li donoit roy Marsile l’Ascler

  1. — 6489 quat il e. — 6490 cestul — 6492 mesment — 6495 le dristoit — 6501 host entierent.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCLXXV