Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Mai ce m’agré, q’a ceste prime fois
« Fu mon enfans ver droiture cortois :
6465« Chi moi donast les honor de Valois,
« Ne le lasaise partir cun vos cutois. »

CCLXXIII[1]

De ces paroles Ysorés s’esjoï ;
123 aAs pieç son per amantenant s’ofri ;
E cil l’enbraçe, chi soef l’ait nori,
6470E la roïne l’en mercie ausi ;
Feit est l’acors coment avés oï.
Le roy apelle des miels de ses ami.
« Menés », feit il, « Hestous devant moi ci ;
« Portés les armes dunt il fu desguarni ;
6475Enseleç soit ses cevals Arabi
« Chi enc l’estor ier maitin les toli. »
Cil vunt mener le baron signori ;
Par mi la presse vient devant Maugeri.
« François », feit il, « je voil che tu m’afi
6480« Sor cil Jesu che sor la cros mori
« Che en Espaigne ne starés plus un di
« Ne nul de cil che sunt a toi baili. »
Dist Ysorés : « Tot ce li contredi.
« Beus sir Estous, ne soiés esbaï ;
6485« Je fui prison Roland au cors ardi ;
« Or su je quite, la vostre grant merci.
« Soieç prodome enver vos enemi
« Plus che anche fustes ; par amor vos an pri. »

    — 6463 Mai ce magee

  1. — 6467 Me ces p. — 6479 ie uoi che.