Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/379

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6435« Se tost ne feit le François delivrer,
« Ensamble toy me verais batiçer. »

CCLXXII[1]

La mer amoine son fil avant le rois ;
122 bTot li barons li vinent senç repois,
Car molt l’amoient tot les Panpalunois,
6440Car suoir estoit au roi des Espagnois.
« Sire », feit ele, « trou aveç grant bufois,
« Quant por mon fil un prison ne rendois,
« Car je quidaise, s’en aviseç tiel trois
« E de sor tos dan Zarles le Tihois,
6445« Sol por tes fil tratot les rendisois,
« Car trop il est bon civaler e drois.
« Avant che sofre ch’il vait aorer la crois,
« Je li menrai eu regne Aragonois :
« Li sunt mes freres, ne nos metra en defois.
6450« Aprés savromes comant vos la farois
« Ver Çarlemaine, le roi de Romenois ;
« Ja por tenir en prison son François
« Non defendrés Panpalune dos mois. »
Malgeris rit, mas mout en fu irois ;
6455E pois ait dit : « Dame, quant vos voldrois,
« De Hestous, de moi e de quant che veois
« Vos plaisir feites, mes che jur nostre lois.
« Ce che dit ay mes fil, tot fu a gabois.
« Se Çarles teinst tot le plus vil borçois
6460« Che j’ai çaens par tiel guise destrois,
« Ne sofriro ge ch’il le feïst sordois,
« Meus li rendroie cons Hestous demanois.

  1. — 6443 quidarse, nel crois — 6445 Sor portes — 6448 en r. — 6459 tenist, nil — 6461 Nel s. — 6462 Mens.