Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/370

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLXII[1]

Maugeris parle, con un senblant de rir :
« Latiner frer, ne le poés scondir :
« Est il Hostous ? — Oïl », feit il, « biau sir.
6185« Cil le confunde qui por nos vost morir !
« En tel mainere, ne m’en devés ahir,
« Quidoie bien la besoigne fornir
« De mon seignor et s’onor exanplir.
« Trop volenter vos feissis desaisir
6190« De cist honor, et ancor le desir. »
Respont li rois : « Un pué sai de scrimir.
118 a« Qui se leisast a un ton per escarnir
« Mal seroit daigne de gran terre tenir.
« Or t’an retorne, si qu’avant l’oscurir
6195« Soit feit le change, s’al roi vient a plaisir.
« E s’il pur veult mon enfant retenir,
« Tele prison et autretel martir
« Avra cestui : si lor porais gehir.
— Sir », dist Gauter, « de voir vos sai bien dir,
6200« Vos ni avrés. Si pleisist sant Espir
« Que il fust ore en cist palés de pir
« E feïssés cist Hostous destruïr
« Que non se leisse nul bien de boche ensir ;
« Son delit est ranpogner et maudir. »
6205A ces paroles se va dou roi partir.

CCLXIII[2]

Le latiner dou palés devala ;
Son palefroi dui Pagien li mena.

  1. — 6185 por nost morir ; B intercale nos entre por et nost — 6193 Ma s. — 6198 gheir
  2. — 6207 pageien.