Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/367

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que plus ester en ma cité te veu
6100« E bien por pou que je ne t’ard en feu.

CCLIX[1]

— Rois », dist Gauter, « chaut sent vestre cervel ;
« Por saint Donis, trou prenés grant revel.
« Non tenés mie Carlon si a toisel,
« S’il non quidast metre tot a masel
6105« Le rois Marsille et ses felons chael,
« Qu’il fust partis de son meilor hostel.
« Or vos diray sens letre ni seiel :
« Savoir devés que ier fu ou chanbel
« Pris vostre fil : mout i a prous damoisel.
6110« Se dou rescuir non estes bien isnel,
« Tant vos haete Carles, nostre chadel,
116 b« Quant non volés guerpir vo Lucibel,
« Huei li donra de mort sabor novel.
« Se nel volés veoir sot le flagel,
6115« Rendez mon sir la ville e le castel.
« Vos fil vos proie, recevés son anel :
« Se non rendés la cité el burçel,
« Mort le verés mesclin e jovençel.
« Vostre enfant voi en autretel fornel
6120« Com en la boche dou lous le sanple agnel. »
Dist Maugeris : « Mau soi de ton muisel !
« De ma cités, por cist si feit apel,
« Non renderoie le plus chetis crinel.
« Di ton seignor que nel pris un chapel :
6125« S’il sofle vent, je ai forés mantel. »

  1. — 6102 grand nouel — 6107 Or vois d. — 6111 T. v. haere — 6112 guerpir manque — 6117 la cite e le b. — 6121 D. mageris — 6123 Non rendroie.