Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6070« Qu’en vos heider a son pooir perdu.
« Se vos ce feites que vos ai mantehu,
« Petit porois douter ni rois ni du
« Ni quens ni prence ni autre oume nescu
« Qui vos ampir la munte d’un festu.
6075« Grant bien seroit, s’estïés ambedu
« Amis loiaus contre li mescreü ;
« Le uns por l’autre en seroit plus cremu.
« Sachiez, don roi, qu’anchor home ne fu
« Si longuemant a Carlons conbatu
6080« Qu’an chief de tot non disist : « J’ai perdu. »
« Se nul vos proie que metés an refu
« L’amor Carlons, soiés aperceü
« Qu’il plus vos ame veoir jus qu’audesu.
« Quant vos m’avrois sor çe diz respondu,
6085« Pués dirai d’autre que je taing ore mu. »

CCLVIII[1]

Maugeris parle, l’orgoilos Caneneu :
« François », dist il, « je te respond en brieu :
116 a« De quant qu’ais dit rien ne t’an ferai eu,
« Ni de reçoivre de lui terre ni feu.
6090« De ce que panses is plus samples d’un beu,
« Que rois Marsille non soit puisant ni preu.
« Mais, por Mahon (se je non le reneu),
« Se ton seignor, qui est or si fort et greu,
« M’atend .x. jors o quinces en ce leu,
6095« Canger lui croi les dés desor le geu.
« Se d’orgueilos nel faiz venir romeu,
« Plus honis soie que nul chetis Judeu.
« Or parle, or monstre s’ais plus carte ni breu,

    — 6072 P. porois doutre — 6073 autroume

  1. — 6089 recourire.