Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/365

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En la cité entra sans nul meffeit ;
La droite rue, tot si com il aleit,
Oi bien les dames, que ceschune huche e breit :
6045Qui frer, qui fius, qui marit demandeit,
E les ploisors Marsille blastengeit
Quant le trehu Carlons rendus n’aveit.

CCLVII[1]

Sor un perons que d’un vert marbre fu
Desend Gauter dou palafroi crenu.
6050L’estriés i tient Salach, le fi Çabu :
Seneschaus ert a le rois mescreü.
Por un degrés, soz un grant ars vousu,
Monte ou paleis des le tans Teseü ;
Maugeris trueve, environ lui si dru,
6055Por sun enfant doulant et irescu.
Gauter comançe : « Rois, je ne vos salu,
115 b« Ma si proi bien la divine vertu
« Que vos don graçe de croir an l’aut Yesu.
« L’anpereor, qui sor vos est coru,
6060« Plain de voloir que soiés confundu
« El grant orguel rois Marsille abatu,
« Por moi vos mande (ja ne vos ert theü),
« Se volés estre de la mort asolu
« E de sa amor a tot tans revestu
6065« E retenir ce qu’avés ja tenu,
« Leisés Mahon et creés an celu
« Qui solamant por la nostre salu
« Fu sur la crois encloés et pandu,
« Ni roi Marsille non servés mie plu

    — 6042 E la c. — 6045 demanteit — 6046 proisors — 6047 Q. le trehai

  1. — 6053 Monta ou pahes — 6054 truene — 6057 M. si pori — 6058 grace de cedir — 6065 ce quaues retenu — 6069 pliu.