Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/364

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Parlés avois a loi de jantils hon. »
Gauter l’encline, pués is dou pavilon.
L’en li amoine un palefroi Gaschon ;
6020Quant fu montei, si s’an veit a bandon.

CCLV[1]

Le latiner s’an veit, qui mont fu sage ;
Bien fu apris de l’Espagnois lengage.
Droit a la porte s’an vient a grant corsage ;
Desor i vit maint Sarrazins Aufage.
6025Il lor escrie : « Ovrés, je soi mesage
« De par Carlons et dou Franchois barnage
« E de Ysoré, que nos avons en gage :
« Envoiés m’ont eu rois, vos avoage ;
« N’i aport mie chose de son domage,
6030« Mais de profit, s’il leisse le foulage. »
Dist le porter : « Ne le tenés outrage ;
« Ou roi irai a qui feisons homage.
« S’il le comande, ne vos er pués sovage :
« Ovrirons vos aprés de bon corage. »

CCLVI[2]

6035Gauter atend et le Paien s’an veit ;
Deci que ou rois demoraisons non feit ;
Dou més li conte ce qu’il ohi aveit.
Le roi comande qu’il amenés li seit :
Cil s’an retorne a la porte tot dreit ;
6040115 aGauter ovri, qui dehors atendeit,
Qui mout porpanse sor ce qu’il dire deit.

  1. — 6022 laspagnois — 6024 sarrazins enuage — 6026 francho banage — 6033 ert pues s. — 6034 Ourions
  2. — 6036 demoreasons — 6039 drait.