Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/361

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLI[1]

Le duch de Langre mout pleisi la novelle
5935Dou prisoner qi sa mort i revelle
De son cors douz lengue et sa chapelle :
« Sire », feit il, « cil qui les Frans chadelle
« Non feroit chouse fors que raisnable et belle.
« Flor de vertu le vest et amantelle ;
5940« Por ce le abrace la noble damoisselle
« (C’est la Droiture) sor sa franche rohelle,
« E lui la baixe et ne la despulcelle.
« Carles me sanble le esperver qi oixelle
« Por autrui sempre ; el si s’en enjoielle,
5945« Voir q’il en a por honor la cervelle :
« Ensi feit Carles, qui sol honor apelle.
« Son grant domaje feit cil qui li revelle
« E cil son prou qui de s’amor s’anelle. »
Dist Maugeris, qui les oilz en roielle :
5950« Ne vos metés, sir, en ceste querelle.
« Trop dure couse seroit et non isnelle
« Que je servisse celui qui me flagelle.

CCLII[2]

« Bel sir Hestou », dit Maugeris li rois,
« Dunt vient a Carles ensi tres grant bofois
5955« Qu’a son pleisir veul feir et tort et drois
« E croist conquir cist païs en un mois ?
« Ja n’est il mie Espaigne Vormendois.
« Por Mahomet, de voir vos di qu’anchois

  1. — 5934 longre — 5936 Vers inintelligible — 5952 sernisse
  2. — 5955 neul feit — 5957 uormendrois.