Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« N’i vaudra rien qu’a mort ne le destin. »
E cil l’outroie, qi li a feit enclin.
Carles demande jofroi le Angeïn :
5855« Menés o vos le prison Sarazin ;
« Honor li feites, car n’est mie fraïn.
« S’il fust bagnés ou baigna Constantin,
« Prou en avroit saint Jaque et son chemin.

CCXLVII[1]

— Sir », dist Jofroi, « n’i ert que oubeïr. »
5860Por le poign destre veit Ysorés seisir.
111 bDist le prison : « François, lase moi dir. »
Gauter apelle : « Savrais mon per gehir
« Le François rende qu’eu li vi retenir :
« Ensi me pueit raymbre et surescir ;
5865« E s’il le a mort e il me veult garir
« De mort orible, Mahon i estueit gerpir
« E Jesu Crist aorer et servir :
« Si le veult Carles de sa honor revestir.
« Se ce ne feit, il m’aconvient morir.
5870« Mais se je puis des mains Carlons insir
« E plus me voie a teil point avenir
« Ne me rendrai jamais fors a teil sir
« Qui me pora des autres escremir ;
« Ans me leirai le cuer dou cors partir.
5875« E vous, barons, me poés bien hoïr :
« Ceschuns n’est daigne de prisons recoilir,
« Car qui promet et pués ne puet fornir,
« Plu bas en est et se feit eschernir :
« Ainsi en vait a le niés vostre sir. »

  1. — 5860 poigri — 5862 gheir — 5863 queu luu r. — 5864 pueit il — 5869 il il — 5879 Açer engit, urem sir ; l’original devait porter n̄r̄ē sir : le copiste aura mal interprété le signe abréviatif.