Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/353

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCXLII[1]

Le duc Rolant s’aïra durement,
Mais ne le veult demostrer autement.
Les jantils homes, les sages que furent,
Naime e les autres lui distrent bellement :
5720« Ne prenez mie sor mal entendiment
« Le dit vos oncle, car sor mal non apent. »
Le duc se tait, ne lor respond nïent ;
Voit Ysorés venir paurosement ;
Ronpent la presse cels qui le amenoient ;
5725Le Saraçin les demandoit souvent :
« Qeil est Rolant ? » E cels li mostrerent.
Quant il le vit, enver lui se destent
E comança a parler franchement.
« Sire Rolant », feit il, « a vos me rent
5730« Une autre foi, qui sui senz garniment.
« Proier vos veul, sire, feablement :
« Por un prison qe ci sui seulement
« Ne vos metés a rompre sagrament.
« Le roi vos oncle por bon comencement
5735« M’a menacés de pandre contrel vent
« Com je l’eüsse robei de son arçent.
« Mes se vous n’estes en l’ost Carlle puisent
« De delivrer mien cors de cist tourment,
« Por cortoisie vos pri, frans duc d’Anglent,
5740« Che me rendiés mes armes aou present
« E pués me feites condur, se a gré vous vient,
« Iluec ou jé, voiant part de vous gient,
« Me rendi a vous por le mien saovement.

  1. — 5717 demostre — 5719 autres manque — 5721 nõ apẽdẽt — 5722 Le duc serait — 5726 a cels — 5730 Un — 5731 foiblement — 5734 pro — 5736 B corrige robei en robe — 5737 Ce vers et les dix suivants ont été ajoutés en marge par B — 5740 preset.