Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/352

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le roi oi ce, ne lui fu trop de bon,
108 bSi com le home qu’en sa propre maison
5690Ne veult de rien avoir contrediçon.

CCXLI[1]

« Oiés », dist Carles, « vos qui m’estes d’entor,
« Une proverbe dissoient li ancessor :
« Home qui taise et sofre orguel sa hoisor,
« Si li mete hon sor le chief le raisor,
5695« Car il subjete liberté et honor.
« Je l’ai ja dit, si le dirai ancor,
« Tant com je vive n’avrai teran seignor :
« Por qoi le die, jel tais por le meilor.
« Sir niés Rolant, grant est vostre valor,
5700« Mais ne voudroie qe fil de ma seror
« A qui je fais honor de jor en jor...
« Se bien feit ai, non veul estre pejor.
« J’entand qe vos ne autre, grant ni menor,
« De prisoner qui soit pris en estor
5705« Ne in cité ni in castel ni en bor
« Q’il le mi rande maintenant sens demor ;
« S’il le requiert pués a moi por amor,
« A mon plaisir en serai doneor.
« Fetes qe saige, alés vos e cestor
5710« A desarmer e sorer le chalor.
— Sir », dist Rolant, « je n’ai trop grant sudor
« Por ces paroles, car il seroit folor ;
« Mais si vos pri por la vostre douçor
« Qe non facés, biaus sir enpereor,
5715109 a« Rien qui vos tourt ni a moi desenor. »

  1. — 5700 ne uuodroie — 5702 Il semble y avoir une lacune, au point de vue du sens, entre ce vers et le précédent — 5703 giant.