Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne crient asaut d’ome de mere né.
Le duc Rolant a l’olifant soné ;
5635Sa gient asenble, d’iluech s’en est torné
E leise ester ou champ li devïé ;
Mout i oit Paiens e maint de batiçé.
O fu le trief dou maigne roi dreçé,
La veit desendre le frans dus honoré.
5640Ses compaignons, qui molt sunt estanché,
S’en vont as triés que lor gars ont fermé.
Asés en i oit de si fort halené
Que de mangier ne lor vient volunté ;
Le bon vin fu volunter demandé.
5645De Deu soit il beneoit et seigné
Mangier e boir qu’insi vient merité.

CCXXXIX[1]

Ou trief le roi est Rolan desendu,
De mautalant pensis et irescu,
Car mout i avoit de si baron perdu,
5650Et por Estof li est son duel creü :
Non seit s’il ert o mort o retenu.
Le roi i est un pué avant venu ;
Rolant l’encline, qui vers lui est coru.
« Niés », dist le roi, « che font li mescreü ? »
5655108 a— Sir, lor pooir, lor force e lor vertu,
« Il l’ont encui achaté e vendu.
« Trop les trovames et plus gros e plus dru
« Qe non quidames de bien dis mille escu,
« Sens les archiers et le puble menu.
5660« Ne fust quens Guenes, qui nos a secoru,

    — 5634 lalifante — 5637 batatiçe — 5641 qui ; B corrige gars en garis — 5642 halene — 5645 De d. lor s. — 5646 quĩ suuẽt m.

  1. — 5652 un auãti — 5657 Les quatre dernières lettres manquent — 5659 puele m.