Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/347

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Tu dis voir, por mon chief », ce dit li dus Namon.
« Molt par ais ben apris a rendre ta liçon. »

CCXXXV[1]

Le roi garde le fant e tient le chief em bais ;
A garder le comande l’evesqes de Belvais :
5555« Quant ert Rollant venus, si le moi mostrerais. »
Or dirom de l’estor, qe non fu mie a gais.
François detrencerent a Paien chief e brais,
Si que por vive forçe les ont getei dou tais.
Non les Maçodonois sor le gient Nicolais
5560Furent al desconfir e a l’enchaucer melais
Com as Pampelonois furent les Frans irais.
Un Païn est venus a Malgeris : « Que fais ?
« Ja est el pris ton fil, a poine el reverais.
« Se tu plus i demores, jamais non revenrais
5565106 b« A reveoir ta fame e ton riche palais. »
Quant le roi l’entendi, onqes non fu si mais
Esbeïz sor dan Claires dus Gerart de Fratais
Com il devent de duel empaloïz e chais.

CCXXXVI[2]

Le roi tot maintenant se fu mis el retor ;
5570Ja l’a voient gerpiz de sa gient li meilor.
Fuant vers la citei s’en vont Païns de peor ;
E son confeloner, com coarz lecheor,
Avoit aval getee l’ensaigne son signor :
Se l’amirant s’en torne, ni fu pais desonor.
5575Al departir mostra un senblant de valor :

    — 5551 B naimon — 5552 tẽdre

  1. — 5555 mostrais — 5556 diraz — 5560 melais est inintelligible — 5564 rẽuerais — 5566 fui — 5567 A E. son d. c. le gerart defratais ; B exponctue le — 5568 epaloiz
  2. — 5575 senblãte.