Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/339

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Plus nos a domajé que d’autres trente sis ;
« S’il vivoit longuemant, trop en somes de pis. »

CCXXV[1]

5340Non fu jameis levrer, quant plus desir le maine,
Qe plus tost randonast a la levre proçaine
Cum fist sor Ysorés le bon duc de Viaine ;
Grant colp i done de l’espee Romaine
Amont en l’eume, qe fu d’un chier andraine ;
5345Nel trença mie, mais ners e suns e laine
102 aPerdre lui fist le gentil chevetaine ;
Plus d’une toise des arçons le lontaine.
Isorés verse estendus en la plaine :
Une pome granete a loisir se desgraine
5350Avant qe dou lever avist vertus ni vaine.
Le fil Rainer quida ben por çertaine
Q’il non levast li jor ne la semaine ;
Ester le leise, vers les autres s’ahaine.
Le chief trencha Nardus de Morligaine ;
5355A vois escrie : « Monjoie Carlemaine ! »
Afors Rolant, des autres flors e graine,
Fu Oliver de proece funtaine.

CCXXVI[2]

Quant Ysorez fu revenus en soi,
A pié se voit, s’en fu en grant esfroi ;
5360Machomet proie qe soit en son cunvoi,
En estant lieve, regarde le chamoi,

  1. — 5341 leuro — 5344 dum c. a — 5345 ners funs e l. — 5346 Perder — 5347 doune tose, se l. — 5349 granere
  2. — 5359 engrãde estoi — 5361 regard ; les deux derniers mots sont de B, sur un grattage.