Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

O brant d’achier et espie poignal
5285Ofert lor ont le doleros jornal ;
Chaçant les vont e par bos e par val.
Entre quens Guenes et un suen senescal
Vont a vooir Rolant, lor marescal ;
101 aA pié le voient, dont il ont duol coral.
5290Plus tost qe joune dame non entre a bal
Desendi Gayne dou bon destrer loial.
« Montez », fist il, « flors des enperial.
« Menez en ai plus de cinq autretal ;
« Plus m’est cherisse quant le besogn voi tal
5295« Qui mei donast l’avoir de Portegal.
« Por vestre amor, por Diex le spirital,
« Ferai encué sor Paien maint signal. »

CCXXIII[1]

Le duc Rollant molt merciablement
Le bon destrer par mie la rene prent.
5300« Sire », dist il, « je falase forment
« Se non fesisse vestre comandament,
« Car come pere obedir vos entent. »
Dist Oliver : « Montez astivement,
« S’alerons prendre des archiers vangiement. »
5305Trepin respont : « Il veit tot altrement.
« Gardez de ça, ou cil penon resplent,
« Com cil Païen s’aprestent vistement ;
« Ja desendront, se le cors ne moy ment,
« Por asalir de costé nostre gient. »
5310Adunque monte Rolant isnelemant ;

    — 5284 pignal — 5290 B iouene — 5291 bone d. — 5293 Mener nai — 5294 la besogne uoi tal, les deux derniers mots exponctués — 5295 partegal

  1. — 5302 obedire — 5304 archies ; B Si a — 5307 uistimte — 5308 le cros — 5309 A asair.