Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/336

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ja Diex ne place q’il s’an pusent vanter !
« Seguirez moi, je veul encomençer.
5260« Ja n’i vaudra lor trair ni lor berser ;
« Mais q’une fois non porront saïter,
« Que prés a l’autre ne li rendons loher.
« Esperonons soz les escus boucler.
« N’aiez paür des chevaus enavrer,
5265« Car, par le foi qe doi Berte porter,
« Nus n’i perdra palefroi ne somer
« Qe por amende ne li don bon destrer. »
Tuit s’escrïent : « Bel sire, volentier.
« Qi ci vos faut come coars lanier,
5270« Ja Diex ne doing q’il revoie sa per. »

CCXXI[1]

Gaines sperone sor le bai de Vinçestre ;
Dis bon destrer se feit mener en destre.
Ses compegnons, de qi il estoit mestre,
Brochent o lui en nom le Roi celestre,
5275Fiers et ardi come lion campestre.
Les archier trarent a destre et a sinestre,
Mais por paor de darz ni d’arbalestre
Non leiserent nos Frans de prés els estre ;
Ne lor fu pais aventure marestre,
5280Non i ot navré d’aus joune ni ancestre.
Se Paiens les atendront, meus lor fusent a nestre.

CCXXII[2]

Sans engombrer d’aus ni de lor cheval
Sont as archiers venuz li bon vasal ;

    — 5260 brixer — 5261 proriõt, la première syllabe abrégée — 5263 bouecler — 5267 amender

  1. — 5274 e nom le roe c. — 5275 como — 5276 sinistre — 5281 Se paiens atendront ; A omet meus
  2. — 5282 engobrer.