Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5175Que nostre gient en fu tote esbaïe.
Maint buens vasaus i perdirent la vie ;
De maint chevaus font la selle voidie
Que furent mort de l’arbeleistrerie :
Qi les fist prime, Diex ne soit en aïe !
5180Mort fu a Rolant son destrer cele fie.
Adunque fu nostre gient afoiblie ;
Diex recomant, le fil sainte Marie.

CCXVII[1]

Le duc Rolant est a pié desendus
Dou mort cheval, dont il fu irascus.
5185Plus de .l. li en sunt devant venus ;
Cescuns de gré l’avroit le son rendus.
Desendre veult Oliver, sun chier drus,
Quant Rolant jure qe ja n’en prendra nus
Tant che le sien soit chierement vendus :
5190« Estreignez vos, non soiez esperdus. »
Les archiers ont nos François si rendus
99 bCum le renart les chien a son pertus ;
Ja n’ont leisir d’aler ne jus ne sus,
Car qui deflote maintenant vient ferus ;
5195En Josafaille le fier Eumenidus
N’asistrent plus Gadifers ne le dus.
Ce dist Rolant, quant se fu menteüs :
« De Veilantin, mes buen destrer crenus,
« E de Teris qe ert il devenus ?
5200« Se je l’eüse par divine vertu,
« O je moroie en cels quarels agus,
« O mar i fusent oi ces archiers issus.

    — 5175 tote esbee — 5177 fort la s. v. ; A che uas — 5178 arbeleistre — 5182 sẽt marie

  1. — 5188 qe la — 5189 Après sien B a gratté un mot écrit à la place sient ; une autre main a ajouté au-dessus les deux lettres re — 5193 ne nẽius sus ; B ajoute ne devant sus — 5195 en menidus — 5202 ffisent.