Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Par tot la tere qe fu a le roi Daire
5100« Non me rendroie, ainz me laisas detraire. »

CCXII[1]

Dist Malgeris : « Je sui dou roi Marsille
« Home e sorage, et sir de ceste ville. »
Ce dist li quens : « Tu is asez nobille ;
« Or prenç ma spee, dont la ponte est vermille ;
5105« Maint Paiens a trenchié trosque l’ambrille
« E tranchera, par li sant Evangille. »
Le roi la baile a un Paien de Sebille.
Maint Saraçins li quens desaparille ;
N’i lesent d’armes valesant un flor d’ille
5110Fors li gambaus de paille de Secille :
N’oit plus bel home trosqu’a le fluns dou Nille.
Dis Saraçins, noires plus qe cornille,
Sor un çeval plus leit d’une gambille
L’en ont mené ; or est en grant perille
5115Se nen en panse Rollant, fiz le dus Mille.

CCXIII[2]

Pris en meinent Paiens li quens Estous ;
Dedenz la tor, enz le fond tenebrous,
La le mistrent les culvers envious.
Malgeris entre en li stor perilous ;
5120Sa gient conforte : « Barons, qe fetes vous ?
« Tué, trenchié ces François orguellous
« Qe nos ont mort, tant par sunt engignous,
« Le niés Marsille, Feragu l’amorous,
« E tant des autres, dont sumes dolerous.

    — 5100 lasais

  1. — 5101 Dise, Marsile — 5104 spea, umile — 5108 qẽs desaparaille — 5109 B lasent — 5111 bel chevaler t. — 5113 plus leĩt — 5114 e grant p. — 5115 file dus
  2. — 5116 emeinent, qẽs — 5117 tenebros — 5118 eniuous — 5124 dont sames.