Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/329

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E veit ferir Hestos, qe devant lui s’apreste ;
Le coup de l’amiraut ni fu mie de preste,
Mais fu cruaus e fiers e de si gran poeste
Qe li quens eu destrer li uns da l’autre moleste :
5075Vers senestre versa li uns, e l’autre sor destre.
Li roy broce sor lui, come lion campeste,
97 bEt a treite la spie, plein de scemblant silveste ;
La ensegne a le quens garde o la riche poeste,
Bien le retreit a home qe eüst gentils anceste.
5080« Rend toi », dit Malgeris, « qe autremant ne poit estre,
« Car n’ais daprés ta gent ni ton ancestre ;
« Se ne rend toi, couperai toi la teste. »

CCXI[1]

Li quens Hestos fu pros e de bon aire ;
Il voit li roys talentis de mal faire,
5085Si avoit nus son chief e son visaire,
Car al verser l’eume remist en l’aire,
E voit Paiens venir, crïer e braire
Plus de troi mil, qe ne l’amoient gaire ;
N’i avoit aïe d’ome, fors qe contraire.
5090Ai ! quant regrete Rollant, son mestre maire :
« Se fuses ci, gentil niés d’emperaire,
« Ne feisis couse qe or me l’estuet faire :
« Pres voi ma mort, pres voi mon aversaire ;
« Se oncir me lais, je ferai qe pecaire. »
5095Lors dist au roy : « Ne toi doie desplaire,
« Quel home eis, e de com feit afaire ?
98 a« S’is gentils home, rendrai moi senz forfaire ;
« Chouse qe non, en sus te convient traire :

    — 5073 fu et si manquent — 5078 o le q.

  1. — 5085 e lauisaire — 5087 e crier — 5089 qe de c. — 5090 quand — 5092 Je feisisse, taire.