Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCIX[1]

Aspre, pesme et crüeus fu li storm a veoir ;
Qui n’i fusent esté ne le poroient croir.
Li roy de Pampeloine voit bien por estovoir
Qe ensir i covient, ce ne puet remanoir,
5050Por secorre ses homes, se il vuelt honor avoir ;
Des portes est insus, sot un baxalis noir,
Armeç, sor un destrer qe valt son pois d’avoir ;
As François croit doner une mauvasie soir.
Plus isnels qe jamés n’ira falcon a loir
5055Vindrent de grant randons li bauçans e li soir.
Li roy vient a l’estor por secorre sun hoir
E prie Machon François nel puisent decevoir
Ni prendre ni oncir, navrer ni conevoir,
Car mort est Feregu, ou avoit sun espoir ;
5060S’adonc perdoit sun fil, ou tant a de valoir,
De defendre sa tere metroit a noncaloir.

CCX[2]

Molt fu biaus chevaler Malgeris e rubeste,
Richemant fu armé, si avoit une sorveste
Trestoit ad or batue a ensegne de sa geste,
5065A baxalis plus noires qe carbons de foreste ;
Un autre merveilos en avoit sor sa teste :
Tiel ensaigne portoit ses primerans anceste
Qe soi meïsme oncis, cum Daires manifeste.
Le roy pont le cival plus isnel d’autre beste,
5070Deci qu’en la bataile François frein n’i areste,

  1. — 5046 storm — 5047 ni p. qeoir — 5049 Qensir — 5050 secorer — 5054 iameis nia f. ; nia est d’une autre main que A et écrit sur un grattage — 5055 grant manque — 5056 secorer — 5057 nel p. deshoir — 5058 Prendre ni oncir ni n. ni conuenoir — 5061 meteroit
  2. — 5070 qa en la b.