Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Si li coupe le cief cum fust rame d’un ort.
4960A l’autre colp ancis Raymonet d’Aiguemort :
95 bCil tenoit de Marsigle la cité e le port.
Lor a mis nos barons en si greu desconfort
Li plus ardi s’esmaie ; ja se fusent detort
Quand le cosins Hestos, dan Rollant, le secort
4965O le bier Berençer, qe pros fu et acort ;
E furent troy milers, le confanons detort :
De venir a l’estor ni gardent art ne sort.
Ne le fil Malçeris a celui pont non dort ;
Il a dit a son pere : « D’une rien ben m’acord :
4970« Se il n’i ont aïe, le feit ert leide et hort.
« Car moi leiseç insir par deleç cil regort :
« Se mestier nos eüst, vos estes nostre esfort ;
« Bien nos veirés aider, de certan le conort. »

CCVI[1]

Le voloir sun enfant roy Malçeris otroie ;
4975Quatre mil Saracins li livre q’il convoie.
De la cité ensirent, ceschuns li espleu palmoie ;
Tot droit a la bataile vindrent la droite voie.
La masnie Gerard le voit, si s’en esfroie ;
Mais Hestos li sorvient, armeis, sor bai d’Ançoie ;
4980Deci que al gran capler li baron ne deloie.
Corsabrin encontra, qe les François mestroie ;
96 aGran colp i veit doner en l’eschu qi flamboie ;
Desor la borcle ad or li porfend et estroie
E la broine trença por desor la coroie ;
4985Por mi le gros del cor li fer el fust li envoie ;
Mort l’abat estendus sor l’erbe qi verdoie ;
Pois a traite la spie, quand la lançe peçoie ;

    — 4959 B le ram — 4960 darguemort — 4961 A masigle — 4972 Se m. nos ert

  1. — 4979 armeis la bai dançoie — 4981 mesfroie — 4983 efroie.