Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/321

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E dos Flamains versa contre terre estendu ;
Le nos voit daumajand e desprise Jesu.
L’arcivesqeve de Reins s’en est aperceü ;
Se ne li puet chier vendre, ne se prise un festu.

CC[1]

4855Dolant fu l’arcivesqueve, quand vit l’oltrecuidançe ;
El escrie au Païens : « Diex te don mescheançe !
« Mort ais mon compaignon, si maudis lor creançe.
« Or atend un petit, q’a moi cheit la venjançe. »
Lor broce li destrer, li Saracins avançe
4860E fiert si Senestors en l’ieume de Clarançe
Que jusque en la cervele li desevre e detrançe :
Unques ne l’investi de plus grief penitançe.
Cil versa mort a tere. Q’en est soe boubançe ?
Li ceval por la rene prend Ervi de Costançe.
4865La oit une bataile fiere e de gran pesançe.
De Senestors vengier font Paiens lor poisançe.
Quatre cent furent bien, qe les barons de France
A le fraper les ont mis en la desevrance.
Neporquant le partir as barons atalançe :
4870Nel font por coardise, mais por obediançe.
Vers l’ost Rollant s’en vont o il est lor fiançe.
Paiens les encalcent, dond il font grand enfançe ;
Se trop mener se leissent, tard ert la repentançe.

CCI[2]

94 aÇoiant sunt Espanois de cele departie ;
4875Fieremant les encaucent, ceschuns li brait e crie ;

    — 4851 contra — 4853 Laciuesqeue de res

  1. — 4858 Or atendi — 4863 soa brubançe — 4868 mis e la d. — 4873 Se trop se leiront mener
  2. — 4874 A partie.