Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

93 aQuatre cent chevalers lui baile en sa tenue.
« Ensireç vos », fait il, « tote une embatue ;
« Sor ces primer François feites une ferue.
4825« S’il aüsent vers vos bataile retenue,
« Deprés moi e mes homes vos serons en aiue. »
E le Paiens l’otroie, qe fierement s’argüe ;
Il en jura Machon, se cent François nen tue
Le jor, il ne se prise une pore sambue.
4830Pois fu cele parole molt chieremant vendue,
Por tant fu la menaçe de doutançe vestue.

CXCIX[1]

Quant fu la porte averte e li pont abatu,
As esperon en sunt li quatre cent insu.
Devant un confanon trestoit ad or batu ;
4835Tot une randonie n’i oit ni cri ni hu ;
Sor corent as François, quand il les ont veü ;
Li cris levent sor els, onques si grand non fu.
François les atendrent, enbrons sot lor eschu ;
Quand il li furent prés, sovre li sunt coru.
4840A l’encontrer des lançes out mant eschu fendu
93 bE mant bon chevaler navré por mei li bu.
La fu d’ambesdou part li estor contenu.
Senestors sist armés sor li favel crenu ;
Des esperons l’argüe, en la prexe est feru
4845E fiert un soldoier qe de Gascogne fu :
Son eschu ne li valt ne son aubers menu
Qe une spaine dou fers n’i metist por le bu ;
Mort l’abati a tere, pois a treit li brand nu ;
Le chief nos a trenchié Gaifer de Montagu ;
4850A l’autre colp nos a un Alemans tolu

    — 4823 Ensieç — 4828 cent manque — 4830 molt manque

  1. — 4833 en manque — 4839 il manque — 4840 ont mant — 4848 Mor — 4850 colp manque.