Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

87 bAs barons anuncer, qe sunt en gran desir,
4570Qe il s’apareilisent de lor signor seguir
Qe voldra chevaucher avant li esclarir.
La poüsés veoir mant vasaus esjoïr,
Maudir la longue nuit e duremant haïr,
Tard lor semble li termne qe il soient al ferir.
4575Si feite gent poit bien le grand honor conquir
Qe sevent maus repois a le besoing fuïr.

CLXXXIX[1]

Poi dormirent la nuit eschüer e sarçant,
Aparelent lor armes, atornent li auferant
E pan e vin e cars porterent ensemant,
4580Car mestier en avront, por le mon esiant.
En le primer maitin leva li duc Roland ;
Ne leisa a vestir nul son bon garnimant.
Desor une aute tor veit soner l’olifant ;
Aseç en petit d’ore esveila li dormant.
4585Cil qe sunt comandés s’armerent mantinant ;
Evos les conestables monteç isnelemant ;
Les ensaignes drecees contrel vent baloiand,
Vont a lor çavetaigne as esperons pongand.
Qi voil boire, si boit ; qi ne vuel si remant,
4590Char non feit a blasmer nus home chevauchant.
Devant le niés Karlon vinrent troi merçeant :
88 aDe la ville sunt né e unt gerpi Trivigant,
Bien sevent le chamin deci qe en Oriant.
A ceschuns fist doner li duc bon auferant.
4595Lui e li .xii. pere un poi fist parlemant ;
Les .viii. en a menés e dist au remanant :
« Non vos sevrés dal roy ne da nul son comand. »

    — 4576 al besoing

  1. — 4579 E manque — 4583 autre — 4584 A. en peit dore — 4585 Cil qe furent — 4587 dreces — 4591 virent — 4592 né manque — 4597 sol comand.