Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/310

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E por devant la ville le milor leu gardé
« O ma ensaigne soit mise e mon gran trief drecé ;
« Mais de tant je vos pri qe ne vos travaillé
4545« De combatre les murs ni aprochier lor fosé
« Ne aaster lor de bataille, tant qe soie arivé.
— Sire », ce dit dus Naymes, « un poi me pardoné
« Ce m’est avis qe poi de gent li encargé.
« S’il aüst ens la ville de chevalier planté,
4550« Al secors li seroit trop long termen doné. »
Respond li emperere : « Ne vos en redoté.
« Bien sai ce qe puet fere Malçeris l’amiré ;
« S’il eüst plus de gent qe il non a asé,
« Ja n’enseroit des portes ; trop le croi ensené.
4555— Syre », ce dit Rollant, « vos dites verité.
« Le duc creoit bien dir, ne doit estre blasmé. »
Dond parti dau consoil, a l’ostel est torné.

CLXXXVIII[1]

Dau rois a pris congié Rollant, si veit dormir ;
Son eschüer apelle qe mielç le soit servir.
4560« AmisTeris », dist il, « aleç tantost a dir
« As conestables qe se dolent garnir
« Da mie nuit. Quand oïront bondir
« Mon olifant, n’i oit fors qe a ceval sailir.
« Si le feites Hestos et a Oliver sentir
4565« Qe cevalcer entend avant jor sens failir.
— Sire », ce dist Teris ; « ne avrai fors qe fornir. »
Le senetor de Rome est aleç a çeisir,
E Teris son comand est aleç a fornir,

    — 4542 E manque — 4544 je manque — 4547 dus manque — 4550 lõge termẽ — 4551 empere — 4556 croit — 4557 a son ostel

  1. — 4565 a. le ior.