Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4405Cinquecent joven e villard e çanus
Si escrient : « Vive Rollant li dus !
« Mort soit Marsille e Machon mescreüs !
« A Panpelune ert li siege metus
« E cil dedens oncis e confundus. »

CLXXXII[1]

4410Grand est la joie qe li convertis fon ;
Chier la comparent Apolin e Machon,
Car de lor tenple malemant gités son
E depeciés dau cief deci qu’al fon ;
Rubaud, puitaines en avrent a fuison.
441584 bNostri Cristiens sunt tuit trait de prison ;
Quatre burçois e dui riches baron
De la cité e dou riche dojon
Le clief porterent au riche roy Karlon.
Li empereor fesoit en un valon
4420Ensevelir Feregu li Sclavon,
Dejoste lui sa spie e ses baston ;
Pois est monteç entre lui e Naymon,
Rollant ses niés e Riçars et Ugon.
A troy mil homes voit avant Salemon ;
4425Dedens la ville sens cris e sens tençon
S’en entrerent par Porte Satilon ;
Trové n’i ont nule scenblant fellon.
Li roy li entre, lui e ses compaignon ;
Homes e femes, meschins e valeton
4430Se mistrent tuit devant en genoilon.
Il descendi en la place, au peron ;
Menés li ont ens la maistre maxon.
Ens la cité n’i remist gentils hon

    — 4405 ens villard — 4406 dux

  1. — 4410 ert — 4411 compareront — 4413 que al fron — 4414 auerent — 4418 i porterent — 4420 Eseuelir.