Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/303

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Rollant apelle le Paiens Arabis :
« Ces dos ensaigne portez a vos amis.
4350« Se honor li font, honor avront e pris. »
Cels distrent : « Sire, de ce soiez bien fis,
83 b« Qe cum les oil e dou cuer e dou vis
« Garderons sempre vostre honor a tot dis,
« Sil defendrons au brand d’açer forbis ;
4355« E poit bien dir Marsille li Arabis
« Cresus li sunt tel dex mil enemis
« Qe le feront en breu jor esbaïs.
— Seignor », respond li duc poesteïs,
« S’ensi le faites, de vor le vos plevis,
4360« Vos en serés si richemant meris
« Jamés n’iert jor q’en soiés repantis. »

CLXXX[1]

En tiel mainere cum je vos ai conté
Furent François as Paiens acordé.
Entre quens Hue e Riçard e Galé
4365Lor ont devant troi confanons porté.
Li primerans porte li duc Gallé
A une gran crois d’un arçant esmeré :
Cil san signal doit bien estre honoré
Por le niés Karles, mantenu e esaucé,
4370Car por lui est en tant honor monté
Dond il ert sempre vis e mort remembré.
Rollant le voit, si est engenoilé ;
Prand les a mains, si les a présenté
As mesajers Paiens de la cité.
4375Li duc Riçard lor a desvelupé
Un confanon dont li camp est dauré,

    — 4358 poestis — 4361 niert un ior

  1. — 4362 Pour toute cette tirade le scribe a écrit par ee la désinence des mots qui sont à la rime — 4363 F. nos françois — 4369 mantenue esautee — 4371 ert manque — 4376 est manque.