Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/300

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A grant mervoile li tindrent li plusor.
« Savez por quoi fu vencu li grignor ?
« Son cheitis mestre fu de chetis color,
« A soi fist onte et a cil mal e plor.
4270« Le meistre al mendre en oit joie et honor ;
« Son escoler le fist clamer dotor.
« E por ce feit ceschuns home folor
« Ch’en le forz entre por trover la fredor.
« Mout par avoit Feragu grant valor,
4275« Longe stature vers le nostre contor.
« Ne quitez mie qe por teran vigor
« L’aie conquis le niés l’empereor ;
« Mais la pusance est venue de sor.
« Se nos devons insir de ceste tor,
4280« Je gré ne sant Rollant, moi ne cestor,
« Mais solemant al veraje Pastor.
« Se vos voldrez, cum vos me dites hor,
« Torner en grace dou nostre Salvator,
« Batisme prendre vos met en son amor ;
4285« La grace Carles avrez tost sans demor.
« Car d’Oliver faiz vestre anbaseor,
« E le Denois sera son condutor ;
« Vos manderois des vos aveque lor ;
« Cil diront Carles vos bons e plus ancor ;
4290« Bones novelles avrez a lor retor. »
Disent Paiens : « Tu n’is pas leceor.
« Reis qe tiel home tient por conseileor
« De nulle enprise ne puet avoir paor. »

CLXXVI[1]

Paien entendrent al conseil dam Gerard.
4295Entre Oliver el duch de Desnemart

    — 4266 u plusor — 4267 vecu — 4270 euoit ioie — 4279 m̃sir — 4289 vos bens — 4292 conseilor

  1. — 4295 enpuse ne puẽt — 4294 gerad.