Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/299

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Seignor François, nos Diex sunt recreüs :
« Vestre Diex sols a quatre nos vencus :
« Par nul de nos ne seront mais creüs ;
« Afermez sumes de servir l’aut Jesus
4240« E sa douz mere, que vergne porta frus.
« Se posuns fere qe soiens asolus
« Do roi de Françe e de Rollant ses drus,
« Ancor encué ert cist palés rendus :
« Prendront batisme li grant e li menus.
4245« Proier vos feit cels qe ci sunt venus
« Ch’entre vos soit dos o troi eleüs
« Che port al roi de nostre part salus,
« Ch’il ait merci do povle dechaüs.
« Point de contrarie jamés n’avra de nus :
4250« Querons batisme, ne li demandons plus. »
Li pris l’oïrent, n’a cil joians ne fus.

CLXXV[1]

Nos presoners ont joie e grant baudor.
Primer parole Gerard le puigneor :
« Seignor Paiens, vos parlez dou melor.
4255« Se je voloie estre mençoigneor,
« Veor poez l’impossible labor,
« Ch’ancué est mort por la quaile l’astor ;
« Non merveilez, car je vi ja, seignor,
« Dui escoler de dui escrimaor :
4260« L’uns estoit grant e l’autre asez menor ;
« Le uns vers l’autre se mirent par hiror,
« E bien disoient la plus partie d’entor
« Che le pitit en avroit la pejor ;
« Ne savrent mot qu’il geta soi en sor,
426581 b« Li destre braz li detrença le jor ;

    — 4241 fert — 4243 Ancor euene — 4245 qe oi

  1. — 4253 parle gerad — 4256 lipossible — 4261 se remirent — 4264 gil gera sor eusor.