Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/298

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4210Par cels sera la novelle contee
Au roi Marsille de la fort destinee,
Con cil est mort, par cui ert debassee
La loi Païne et Espaigne gastee.

CLXXIII[1]

De cels lairomes qu’an Aragon s’en vont
4215E canterons de cels qe remis sont
Dedans la ville. Ne sevent qe ferunt ;
Car les borgois de tot s’afermeront :
Se li rois Carles veult, a lui se rendront
Et alt e bas si homes deviront
4220E les paroles Feragu compliront ;
Pués jurerent che plus gient non istront ;
Ferment les portes e font lever li pont.
Li grant barnajes, li princes e li cont,
Les jantis home, qe soing de gere n’ont,
4225Vont consil prendre ; l’uns dit, l’autre respont ;
Por le melor consil que soie al mond
S’afermerent q’al bon roi s’en iront
La cité rendre et batisme prendront.

CLXXIV[2]

Sor cist afere s’acorderent li plus ;
4230Pués monterent en la grant tor desus
O sont nos Frans anserez et enclus,
Ceschuns joians por la mort c’ont veüs,
81 aE leverent en piez, tasans e mus,
Vers Saracins, quant overt sunt les hus.
4235Primer parole Natasar de Palus :

    — 4212 debasse

  1. — 4214 quant aragon — 4216 souent qe ferunt — 4217 safermerent — 4220 complirent — 4221 istrent — 4223 Li g. damaies — 4224 uõt
  2. — 4231 auserez — 4233 tasas — 4234 oueĩt, hũs.