Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CLXVII[1]

Le roi s’en vient, a son trief s’en entra.
Les barons leise, a cui il comanda
4070Garder li pont, qe nus n’i pasera.
Li campions lor bataille enforça.
Qui donc veïst com Rollant s’aasta
Dou bien ferir. Sovantes fois garda
En cele part o il enmagina,
4075Che le Paiens ofendre se pora ;
E le Paiens fieremant s’en dota,
Car il voit bien de quoi le duc pena ;
Molt se repant de quant qe dit i a.
78 aL’espee tient, vers lui s’abandona,
4080Amont en l’iaume grant colp li enploia ;
L’iaume est tant dur qe riens n’i gaagna.
Quant le Paiens amont le colp leva,
Le duc ne dote, mais le brant lui gitta.
Sovantes fois o le brant l’enstocha ;
4085Nel puet ateindre la o le convota.
E le Paiens fieramant s’en garda ;
Devant son vantre son fort eschu torna :
Ja l’enbonil, s’il poit, n’i tochera.

CLXVIII[2]

Des dos barons fu la bataille stragne ;
4090De bien ferir nus d’aus ne esparagne ;
N’i oit obers ne eschu qe ne fragne.
A escrimir prant le neveu Carlemagne
A son pleisir, si com li cors l’imaigne ;
Le Paiens moine e par mont e par plaigne ;

  1. — 4069 leisa — 4072 comant — 4078 Moit — 4081 est manque — 4084 ol brant — 4085 atiendre
  2. — 4089 strãgne — 4091 frãge — 4094 par monte.