Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/286

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Le frut remaint sans et saus et entier ;
« Tu n’i porois un sol pertus trover
« Dont fu isue la flors al comencer.
3870« Veïs tu mais nul maistre laborer
« Ne fenestral de voire fabregier ?
« Quant il l’a feit en sou leu saieler,
« Tu le verais al solel trapasier
« De l’autre part senz le voire pecier :
3875« Tot ensamant dou ventre de sa mer
« Pasa le Sir, quant vient a l’enfancier,
« E remist vergne com ele ert da primer :
« Ce que Diex veult ne feit a merveiler. »
Dist le Païens : « Mult fus bon escoler
3880« En ta jovente, tant sais bien predichier. »

CLIX[1]

Feragu parle a la fiere sanblance,
Que mout avoit de Païne siance :
« Je cro, Rollant, qu’il n’est desmesurance
« Quant que Diex veult, le Sir de proveance ;
3885« Mais une riens me tient mout en balance :
« Le fil de Diex, que par nostre sustance
« Prist carn humaine por divine puisance,
« De fam, de soi oit il reconovance ?
« A faire nul duroit il penetance ?
3890— Voir », dist Rollant, « e travail e pesance
« Dura toz tans deci qu’en sa jovance.
« Trente troi anz dura sa predicance ;
« Ses grant miracle qu’il fesoit con certance
« Fesoit Juïf garpir lor costumance.

    — 3867 sans & sãs — 3870 nule — 3871 fibegier — 3874 seuz — 3876 quant manque

  1. — 3882 Quẽ — 3889 Afanul — 3892 Trenta — 3894 Fesoit unf.