Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3790Mandast son filz a prandre humanité.
« Par sa mort fumes de la mort rechaté ;
« Si ce ne fust, tut ermes perillé.

CLIII[1]

— Cist fil de Diex », ce respont l’Arabi,
« Fu home voir ? » Rollant respont : « Hoï,
3795« Prist cars humaine e com home nasqui. »
Feragu dist : « Tu ais aragié ci :
« Onques mais dame sens compaigne d’ami,
« Se carnalmant home non gist o li,
« N’enfançera, par voire le t’afi,
3800« Car Diex de glorie, le comanda ensi.
« Mais stu veus dir qe Diex voir desendi,
« E si com home en cist monde apari,
« Ce puet bien estre, je nel toi contradi.
« Mais onques Diex ne manga ne bevi
3805« E ne fu mort, c’onques Diex ne mori ;
« E puet bien estre qu’entre nos .v. o .vi.
« Mois demora, e pués en ciel seili.
« Las !  » dist Rollant, cum t’ai mal coverti ! »

CLIV[2]

Rollant parole e dist « Hei ! cheitis hom,
3810« Cum tu is fort plains de tencion
« Sol en la loi de ta destrucion !
« Donc ne veus croire, se par nature non,
73 a« Que Diex poüst sens d’autr’ome chaison
« Vergne aombrer e prandre carnaison

  1. — 3793 diex erespont — 3797 ses compaigne — 3800 com̃ça, où B a corrigé le ç en d — 3802 E manque — 3807 Mais — 3808 cum tui
  2. — 3809 e manque — 3810 Cum ruis — 3811 destĩçion.