Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

72 a« Naturelmant e que droiz te parra,
« Le creras tu ? » Cil dist que si fera.

CLII[1]

Dist Feragu : « Rollant, se moi prové
« Naturelmant comant la Deité
3765« Mandast son filz a estre en feme né
« En cars humane, qe caison li trové,
« E que sa mer tenist vergenité
« Devant e pués qu’ele l’oit enfancé,
« Encué serai en sanz fons batiçé. »
3770Respunt Rollant : « Tu ais mout mal noté.
« Non t’a je dit que dou primer peché
« Fu nostre Sire por Adam encolpé
« Por la compagne qu’il li avoit doné ?
« Pués que Adam fu deu paradis gité,
3775« Nus esperit humains estoit salvé,
« Car le Diable, quant les oit engigné,
« Prist tiel valors et si grant poesté
« Quant home estoit e mort e devité
« Demaintenant stoit en enfer porté.
3780« Icist afere oit longemant duré.
72 b« Li saint profete, qu’avoit profetiçé
« Ch’en fil de vergne seroit lor salveté,
« Ne lor valoit amor de santité
« Ch’il ne fusent en la grant oscurté.
3785« Diex, que est droiz et sole verité,
« Par estovoir e por necesité,
« A ce qu’il n’eusent li profete boisé
« E che Diables perdisent liberté,
« Convient par force qe Divine Pieté

    — 3761 Au lieu de naturelmant, B a substitué en marge par uiue force — 3762 Le cras tu al dist

  1. — 3768 que li loit — 3774 Pues quẽ dam — 3784 oscure — 3785 droiz asole — 3788 E chi.