Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Di moi, Rollant, s’il ne toi grevera,
71 b« Ne puet Diex estre se cestes troi nen a ?
3730« Al comencer, quant il Adan forma,
« Stoit il en troi ? Ne mel celer tu ja. »
Rollant l’oï, un petit se pensa ;
Deu vangelist sant Joans lui membra,
E pués respont : « Anc Diex ne comença,
3735« En Tirnité toz tans trois se trova,
« Car Habraan, qe mie ne boisa,
« En vit ja trois et un seul ahora.
« Mais quant Adam de la pome maigna,
« Le primer home qui por fame peca,
3740« A son Segnor merci non demanda,
« Mais sa moiler Evain le eschusa,
« La compagne qe son Sir li dona.
« E Diex aprés a Evain s’en torna,
« Demanda li por quoi ele dona
3745« Adan la pome e por choi en maigna.
« Ele dist : « Scire, le serpant m’engigna. »
« Cestes paroles, qe merci non cria,
« De Paradis tereste les gita.
« Nostre Plasmeir andos les blastema :
3750« Adam a vivre de suor comanda,
« Ne jamés feme sans dolors n’enfança,
« Fors que la Vergne ou Diex vis s’aombra.
« Le fil de Diex en son ventre porta
« Ch’en cars humaine a nastre se deigna ;
3755« Nasqui com home et vergne la leissa. »
Dist Feragu : « Mereveille ci a.
« C’est faus acroir, qu’anch nus hom ne naistra
« Ne mais nasqui se home ne l’engiendra,
« Ne vergne feme nuls filz n’enfançera. »
3760Respont Rollant : « Mais qil te provera

    — 3729 neua — 3737 la manque — 3749 pleismer — 3751 Neciames — 3752 a diex — 3756 merueille — 3757 fau’.