Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CXLIII[1]

353568 aFeragu dort sor le camp a mesais,
Desor son braç tient le chief.....,
Si fort sornoille come fust un fornais.
Rollant l’oï, si dist : « Par sant Tomais,
« Je croi q’il dort, cist ni de Satanais. »
3540En cele part s’en vent a petit pais,
Prist un peron ch’il voit en le garais.
Se dunc vousist, nel tenez mie a gais,
Oncis oüst le Turc en es le pais ;
Mais nel feroit par tot l’or de Baudais.
3545Li chief li leve sens mal e sens forfais
E par itant cil ne s’eveille pais.
Mist li la piere, pués a dit el testais :
« Or vo je bien e croi de cors verais
« Ch’is de lignaje al jaiant Goliais
3550« C’oncist Davit de son sant .....
« De sol troi pieres el plans de Chaloais.
« Le cors mi dist qe tu non estordrais,
« C’a ton ancestre hoi compaigne ferais.
« Or te demore, que non levas tu mais,
3555« Quant en sant font baticer ne te fais ! »

CXLIV[2]

68 bA son onbral lo duch Rollant repaire ;
Per repauser s’asist, mais ne fu gaire,
Car si com home qe doit son chemin faire,
Che por stanchise se veit a l’onbre traire
3560E dormir veult, mais l’aler le contraire,

  1. — 3535 desor ; camp amasis — 3536 chief amasis — 3537 sor uoille c. f. un fol mis — 3539 satanis — 3541 elegaus — 3543 enesbepis — 3544 ferot — 3547 dit el testis — 3550 son sant detolais — 3551 chatois — 3555 baticez ne te fis.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CXLIV