Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

67 b« Glorios Piere, do legnaje Davi
3505« De part ta mere, qe vergene parturi,
« Virginité mais ne sevra da si,
« Je nel croi, Sire, mais si en sui tot fi,
« E por quoi donque n’avez de moi merci ?
« Las que je sui, qe vos ai deservi
3510« Par les pechiez que j’a feit e basti !
« Por ce m’avois dou tot mis en obli ;
« Mais neporquant se je doi morir ci,
« De mes pechiez me sant si rapanti
« Ch’aprés ma mort, ce sa je bien de fi,
3515« N’avront partie sor moi nos enemi :
« Vos sevois bien par qoi je le vos di.
« Vos pleisir feites, q’anpués en vos me fi
« De cist confondre, s’il ne soit converti,
« Ancor enchué, anz q’il soit aseri. »

CXLII[1]

3520Le duc s’asist, sa rasons a finie.
Feragu sist an mé la praerie,
Dejoste lui son hiaume de Sorie,
Car de Rollant ne se redote mie ;
N’i mesferoit s’avant ne le desfie.
3525Par la calor contre terre se plie,
Panse e rapanse a la grant vigorie
Ch’el a trové en Rollant celle fie ;
Ne trova mais hom de si grant hautie.
Lors s’endormi par la grant ahastie ;
3530Le cief torna vers senestre partie,
Desor son braç mist le chief e l’oïe.
Quant s’endormi, sachiez que mout se fie
En nostre duc et en sa cortesie,
Che mais ne fu retret de vilanie.

    — 3509 ie sai — 3519 asori

  1. — 3521 aume — 3526 Pause e rapause.