Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

saints lieux de Jérusalem et soupe pour la dernière fois avec les barons d’Orient (-14179). Aquilant confirme son intention de partir avec Roland (-14204). Hugues annonce que tout est prêt pour l’embarquement ; scènes d’adieux attendrissantes ; la mère de Sanson fait, sans succès, une tentative suprême pour garder son fils auprès d’elle (-14293).

14. — Embarquement de Roland et de ses trois compagnons au port de Beyrouth ; après quinze jours de navigation favorable, la tempête pousse le vaisseau entre le Maroc et l’Espagne (-14362). Roland et ses compagnons, ne pouvant plus supporter la mer, se font débarquer, eux et leurs chevaux, sur la côte d’Espagne, et poussent hardiment devant eux (-14427). Ils longent d’abord la côte, puis s’enfoncent dans des forêts où de nombreux cadavres frappent leurs yeux : Roland croit deviner qu’il y a là des coups de Charlemagne et des pairs, et que le camp français est proche (-14483). Rencontre de trois brigands sarrasins : Roland les salue en Mahomet et leur demande le chemin de Pampelune ; les brigands réclamant les chevaux et les armes, un combat s’ensuit, où Aquilant est tué et où ses compagnons le vengent en tuant à leur tour les trois brigands (-14606). Après avoir « regretté » et enseveli Aquilant, Roland, Sanson et Hugues continuent leur route ; Roland laisse ses compagnons dans une vallée verdoyante pour aller seul à la découverte (-14647).

Roland découvre un ermitage et réussit, non sans peine, à se faire ouvrir par l’ermite, qui ne se rend qu’à un miracle, lorsque sa clochette sonne d’elle-même (-14748). Roland se fait connaître, indique brièvement dans quelle situation il se trouve, lui et ses deux compagnons, et interroge à son tour l’ermite sur sa famille et sa patrie (-14799). Histoire de l’ermite Sanson de Rome : entraîné par de mauvaises fréquentations, il a tué son père, sa mère et son jeune frère ; plein de repentir, il s’est présenté à Orvieto, devant le pape, qui lui a laissé le choix de sa pénitence ; résolu à faire à quatre pattes le pèlerinage de Saint-Jacques, il s’égare et arrive à l’ermitage, alors occupé par l’ermite Soibaut, qui le garde auprès de lui pendant quatorze ans, jusqu’à sa mort (-14888) ; depuis lors, il vit seul, nourri miraculeusement par la Providence, qui lui a fait découvrir une épée avec laquelle il se défend contre les Païens : les cadavres que Roland a rencontrés sont sa dernière prouesse (-14731). La clochette tinte,