Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Che tot les homes ch’en vis se facent crois.
3370« Quant il eüst engombrer ne sordois,
« Mains aproisiez e plus bas en serois. »
Respont li duc : « Voire, sir, par ma fois.
« Biaus sir Ogier, se j’ai dit par gabois
« Riens que vos tort a duel ni a sorpois,
3375« Je me repant : le pardoner est drois. »
65 bDont s’acolerent ambedus demanois ;
Apaié sunt devant le Vïenois.
Or canterons dou neveu l’Espegnois
Che ne se vit jameis en tiel destrois.
3380Quant averser se voit par un François,
Estranç les dens e roelle les oils ;
Il saute en piez come lions de bois.
« Machon », dist il, « cum a rien tu te plois !
« Jamais n’avrai honor, car bien le vois,
3385« Quant un soul home me dure un jor ni trois. »

CXXXVI[1]

Le niés Marsille voit Rollant qe chemine
Arer vers lui come los a rapine ;
Tient Durindard qe sa mort li destine,
Amont retorne cun viste palatine.
3390Le Saracins, q’estoit filz de roïne,
Remist le brant arer en sa vagine,
Prist une pere, quant vers terre s’encline,
Rollant la gitte par mervoilose hautine ;
Mais le ber mist sa targe Bovexine
3395Davant le colp, qe ne vient de mescline.

    — 3371 Main — 3376 Dot, demaines — 3377 le meuos — 3378 de neueu lespegnos — 3382 Il saiete, come lieuos — 3383 ariente te plois — 3385 ui trois

  1. — 3388 la destine — 3393 lautine.