Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Respont le duc : « Bon rois, jel taing aquis ;
« Mal veit encontre al Roi poestaris. »
Dedanz la ville furent mout esbaïs
65 aCels Saracins dolans et amutis.
3345Ay ! quant il fu Machomet maleïs !
Par pué n’i ont trestot le chief crosis.
Desus la tor les barons que sunt pris
A grant mervoile fu ceschuns esjoïs ;
Diex reclament et sante Genetris.
3350Hestous de Lengres Oliver au pung pris :
« Tenez ma foi, si an soiez tot fis,
« Che Feragu hoi non tornera vis ;
« Mort est deu tot se sa loi ne garpis. »
A un fenestral s’apoia le marchis ;
3355O voit Paiens, si lor a feit un cris :
« Tut estes mort, par le cors sant Felis ;
« Vos Diex se sunt de peor enfoïs.
— Hoi ! » dist Tripin, « non, par Diex, dos amis ;
« S’il vos entant, tut i serons oncis. »
3360Respont Hestous : « De tant bien les despris.
« Tant qe vis soit dan Rollant le marqis,
« N’avrai sogne de Turc ne d’Arabis.

CXXXV[1]

— Biaus sir Hestous », dist Ogier le Denois,
« Par tiel paroles com dites orandrois
3365« Tut vos perdon ma ire e mes enois,
« Mais de maudir vos gardez autre fois,
« Car je sai bien e de tant vos conois
« Che plus amez Rollant, le niés le rois,

    — 3341 il taing — 3346 Par pue mõt — 3347 lor barons — 3348 esoiois — 3354 marches — 3358 uõ par d — 3361 qe ius soit

  1. — 3365 mes enos.