Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Con feit falcon quant sor meslart s’estant.
64 bLe fer Paiens s’i est mist al devant,
Par soi defandre mist l’espee en botant ;
Mais hanc le duc non laisa par itant ;
3315Cil colp non prise la montance d’un gant,
Sor son eschu le recuet noblemant
E de s’espee le fiert en trepasant
Amont en l’aume, nel feit mie en gabant :
Le cercle trance e l’acer ensemant ;
3320Trosqu’en la cofie veit le colp desendant.
Por le trepas q’il a feit en corant,
L’espee en trait e de l’eschu l’enpant ;
Tot estordiz outre son mautalant
Cheit le Paiens lez la roche tenant.
3325Le duc pase outre Monjoie rescriant,
Car ne puet mie arester tant ni quant.
Crïent François, Angeïns e Normant :
« Ay ! jantils duc, cil fu colp avenant.
« Bien remembras dou duc Milon d’Anglant,
3330« Ton jantil piere, qe tant par fu valant ;
« Miaudre de lui ne fu a son vivant. »

CXXXIV[1]

Mout fu joianz le roi de San Donis.
Il garde Naymes, si li a feit un ris.
« Dous conseilers », feit il, « or m’est avis
3335« Ch’il nos secort le Roi de Paradis.
« J’espoir enchué el santisme Esperis
« Que le Paiens dou tot n’avra le pis.
« Se mon neveu, que d’enfant ai noris,
« De si feit colp lui done jusque dis,
3340« Mal nos defent Feragu cist peïs. »

    — 3311 meslait — 3313 defrandre, borant — 3314 paritã — 3322 Lespee entroit — 3327 augeins

  1. — 3336 santissime.