Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dou cercle trence e de l’acer partie ;
3285An mi l’obers fu l’espee guincie.
Si fu stordiz le Paiens ch’il se plie ;
En mains senestre a s’espee seisie ;
O voit Rollant, en cele part s’envie ;
Prendre le croit par la targe florie.
3290Le bier trestorne e dist : « Tu l’ais falie,
« Car moins de toi ne sai de renardie. »

CXXXIII[1]

Al trestorner que fist le duc Rollant
Le Paiens crie autamant en oiant :
« Crois me tu donque fuïr sifetemant
3295« E moi oncir por aler guencisant ?
— Voir », dist le duc, « se Diex le moi consant ;
« Tu ne pués vivre de ice jors en avant.
« E d’une riens esta seüremant :
« Volu m’ais prandre par ton afeitemant ;
3300« Plus non avras leisir a ton vivant ;
« Garderai moi de toi, mon esciant. »
De ce fu mout le Saracins dolant ;
Prover voldra s’il dit voir tant ni quant,
Cort vers le duc, en sa main le bon brant.
3305Le ber le voit venir ireemant,
Vers la cité se mis a pas herant,
A une montée s’areste mantenant.
Quant de vantaje se voit le duc alquant,
— Il fu en aut e celui al pendant —
3310Aysi se mist a descendre corant

    — 3284 e de la col partie ; cf. 3319 — 3285 An til obers — 3289 le croit e dist tu parla targa f. — 3290 trestoine — 3291 Car m. de troi (B a effacé l’r de troi) uelans de r.

  1. — 3293 euoiãt — 3295 guentisant — 3298 sta — 3299 Voliz.