Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chi donque veult fiere bataile oïr,
Si facent pés, car bien lor puet servir
3150Cil qe la cante, se bien la soit fenir.

CXXVII[1]

De sa cité est le Paiens isu,
Le dard en poing e en braç son escu.
O voit Rollant, cele part venu,
Hoi li donra, s’il puet, malvés salu.
3155E quant le voit le chevaler Jesu,
61 bMout le regarde, car anc si grant ne fu ;
Encor estoit joste l’aubre ramu.
Quant lui fu prés le Paiens mescreü,
Le dart paumoie ch’il a porté o lu :
3160Jamé Paris, le frere Troïlu,
Ne savoit mielz treir de son arch tendu
Sajete droite cum de falsard cestu.
Rollant le gete par si tres grant vertu,
S’il ne s’an fust bien a tens porceü,
3165Pasez l’aüst, d’outre part por le bu.
Cil done un saut, qe le colp a veü,
Dos toises grant, si armez com il fu.
Le gleve fiert par mié l’aubre folu,
Trestot le fers est dedans receü ;
3170L’aubre trembla de pié jusque desu.
Rollant fu a vis che l’eüst abatu ;
Jesu mercie quant ne l’a conseü,
Saigne son vis, pués a trait le brant nu.

    — 3150 se bien lor la

  1. — 3152 enbraça ; B enpoigne e enbrace — 3158 les paiens ; B a exponctué l’s de les — 3163 li gete — 3167 Grant des coises.