Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3030A la bataile vera come peon,
Car ne trovast cheval en tot le mon
59 aChe le poüst porter se celui non.
Par cortesie a dit le fil Milon
Ch’il ni avra d’avantaje un boton,
3035A piez ira cum un autre gloton.
L’esperons hoste, si les baile Naymon.
Jofroi d’Anjoi e Rambaus de Soison
Li vistirent son obers flameron
Et un clavain a grant mervoile bon ;
3040Cil ne crient colp, se ne fust de baston.
Chi fist l’obers en oit bon geardon
E le clavain qe vesti le baron :
Doneç lui fu le castel Bunicon.
Une entresaigne se mist d’un vermeilun,
3045Un chier velu que vent de Baraton ;
Une cros blance i ot sor ceschuns giron
A lés d’argiant crosez par devison :
Ce est l’ensaigne, ensi cum nos trovon,
De sante Glise, dunt il ert campion.

CXXIV[1]

3050Quant oit vestu cil jantil garnimant,
La belle spee dunt il fu conquirant
Quant il oncist le fil rois Agolant
Li çant li roi tendremant en plorant,
E pués apelle son meistre camberlant ;
3055« Va moi porter mon vert hiaume luisant,
« Mais la corone lui hoste solemant. »
Porter le veit celui demantenant.
Ne fu veü un hiaume si mainant ;
Plus valt les pieres qe l’onor d’Abillant.

    — 3031 tote — 3032 colui — 3039 clam̃ — 3045 Nuchier ne lu — 3046 girons — 3047 Alef

  1. — 3053 tenderamant — 3057 P. le uit.