Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/253

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Feites lui, scire, cis presoner mander
57 b« E comandez dan Rollant a Maufer. »
De ce se prist Feragu a irer.
2950« Machon », dist-il, « vos dont grant engonbrer,
« Ch’en tiel mainere me volez aonter !
« Com peüs je greignor honor trover
« Com de Rollant, se le pués aquiter ?
« De tot les autres che sunt neschus de mer,
2955« S’oncir le pués, non doroie un diner.
« Afermez sui dou tot sor un penser :
« O de morir o son orguel mater. »
Hestous respont, qe s’apoie a Oliver :
« Feragu scire, mout me pués merveiler
2960« Quant ne poez Rollant endans mener ;
« Vos le deuissés cun un sol piel tuer. »
Dist Feragu : « Ja n’est il vostre per,
« Che vos rendistes a loi d’un vil berger. »
Ogier s’an rit ; pués sont alez manger,
2965E pués dormir deci a l’ajorner.

CXXI[1]

En le gai tans d’esté qe cante la calandre,
Li riol par çardins font li dus vers entendre,
D’amor font ces pulceles par mi ces lit destandre,
Cels doncels amoros non leisent por despandre
2970De servir lor amies, qui qu’en doie complandre,
Car d’amor n’avra joie qui ne suet Alexandre.
Amors veult que largece doie ceschuns aprendre,
Car doner e proece, biaus parler sens contendre

    — 2947 as presoner — 2951 E tiel — 2952 Com puese greignor — 2960 en daus mene ; cf. V, p. 63 : perchè non l’aviti menato dentro della cittade a la presone ? — 2961 sol pie t. — 2964 Ogier san ut — 2965 ala ior uer

  1. — 2966 A calandra — 2968 par un — 2969 amors — 2970 amis — 2971 na ur̃a ioie — 2972 neult que lagece.