Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et les barons com il sont de paraje.
2920Prés Gaynelons fu le Diex avohage ;
Non puet nus home trover en son visaje
Mauvés senblant ne nul parler d’oltrage.
Tote la scere, chi chel tenist folage,
Chi le requis de la force a l’Aufage,
2925A merevoille en dist grant vasalage.
Mien escïent, tiel estoit son usage
Ch’onc en sa vie ne fu si plains de rage
Che il blesmast ami ni home salvage ;
En totes gises oit naturel corage.
2930Çan de Navaire dit bien en son lengage
Che de mort d’ome ne fu meis tiel domage
Che par bataille feïst a Diex homage.

CXX[1]

Or sunt François asis a lor soper.
Li niés Marsille feit son cors desarmer
2935En la cité sor le mastre plancher.
Hei ! com il fu regreté lo destrer !
E du tinel n’avrent que corocer ;
Entr’aus pristrent Rollant a blestenger.
Maint sunt de cels che proierent l’Escler,
2940Che lui deistrent : « Biaus sir, leisez ester
« Ceste bataille contre cist averser.
« Quant l’amiré vos a feit gioner
« De tante gient par la ville garder,
« A nostre hoïe vos fist le roi proger
2945« Che deüsez ci dedanz habiter ;
« Ne vos rova tiel cose encomencer.

    — 2920 auchage — 2922 senblange — 2926 esaent — 2927 Chon eni sa — 2930 Cau

  1. — 2939 celes, lescher — 2940 bauis sir — 2945 deusez & dedanz.