Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par le cançel de son eschu borclé
Par tiel aïr le consuet le Malfé
Che le cantons en a eschanteré.
2755S’adonc l’eüst par le piz asené,
A poine a Carles eüst mais repairé.
Rollant escrie : « Se je n’ai oblié
« De giter pieres, grant vantaje n’avré. »
Une en a prise, si la treit vers l’Asclé,
2760Par un petit che il no l’a versé.
En ceste gisse, seignors, che vos oié,
Sont longemant ensanble tastoné.

CXIII[1]

Par Diex, seignor qe oiez la cançon,
Ne vos soit greu a oïr por raison
2765L’aspre bataille dou duc a l’Esclavon,
Che voiremant, se mentir ne devon,
De dos sols homes, voilez li croir o non,
N’oit tiel bataille ne tan longe tençon.
Se longe fu l’euvre des dos barons,
2770En breu sentance dir ne la vos puet hon ;
Anz s’aconvient canter l’aflicion
Ch’a plain troi jors dura le niés Carlon
Vers Feragu, por esmater Machon
E par acroistre la loi que nos creon.
2775Se dam Trepin fist bref sa lecion
E je di long, blasmer ne me doit hon ;
Ce que il trova, bien le vos canteron.
Bien dirai plus, a chi’n pois e chi non,
Car dous bons clerges, Çan Gras et Gauteron,
2780Çan de Navaire e Gauter d’Aragon,

    — 2753 mal fer — 2755 Sadonc lerist — 2757 ma oblie — 2760 P. un un p. chel no la

  1. — 2766 A mintir — 2767 Des dos — 2769 leunre — 2776 bleismer — 2778 Biem.