Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant lui fu prés, si dist : « Or is oncis
2725« Par mon cheval dont tu m’ais deseisis,
53 b« Mon fust trenchié, dont molt me taing de pis. »
Respont Rollant : « Tes Diex ne toi non pris. »
Monjoie crie e treit le brant forbis,
Ferir le veit come mautalentis,
2730Desoz son heume le consuet sor le pis,
Les mailes trence do blans obers terlis,
Mais ne puet fere que got de sang n’insis ;
E li Paiens refiert lui autresis.
La comença de dos grant capleïs,
2735Fere bataille, criz e grant tenceïs ;
O veille o nun, le duc Rollant desis
En plaine plaigne ensanble e l’Arabis.

CXII[1]

Or sunt el plans li barons devalé
Par vive force, tant se sunt ahasté ;
2740La ont ensanble tiel çanbiaus comencé
Trenciez lor ont lor escu enbaré
E les obers en plesor part dané.
Mout voit Rollant le Paiens alené,
Mout l’a le jor penez e travaillé.
2745Si formant fu le Paiens abravé,
Tot ensemant cum home forsené
Remist el fuere le bon brant açaré.
Remambre soi, ou camp se est encliné ;
54 aIluec avoit de pieres grant planté,
2750Une en a prise, si s’est amont levé,
Rollant la treit par moult roiste ferté.

    — 2725 dont tainqis deseisis — 2728 forbie — 2734 cãplois — 2735 grant tenois

  1. — 2739 hahaste — 2743 aleue — 2749 plantee — 2751 rostie feide.