Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2695Plus d’un arpant trotast un vieil roncin
Anz che levast en estant le Païn.
Au redrecer si maldist Apolin,
Machon son Diex, Trevegant e Jopin.
Rollant l’entant, si s’an rit sovre din ;
2700A aute vos escrie en ses latin :
« Dam Feragu, or ne su je fraïn,
« Mais mout me poise, par le cor saint Fermin,
« Dou buen cheval ch’est mort a tiel destin,
« Ch’ensi savoit tornoier por chemin :
2705« Anz valoit il .c. besant por pestrin.
53 a« Se de ceste ovre venez a bone fin,
« Prendrez le mon, che val son pois d’or fin :
« N’en a o segle melor, fors Vellantin.
— Par Machomet », respont le Saracin,
2710« Je ne voldroie, por l’avoir de Monfrin,
« Resploiter d’oi ta mort jusqu’el maitin ;
« Par mon cheval, de ce su je endivin,
« Anchué avrois de moi fellons visin. »

CXI[1]

De mautalant fu le Paiens sorpris
2715Dou buen cheval che li estoit oncis ;
Jamais non ert d’un son pareil garnis.
N’avoit cheval trové a toz ses dis
Che le portast, par tot l’or de Paris,
Fors che cestu, qe li avoit tremis
2720Ayquin, le roi de Portegal païs ;
E par itant en a ses Diés maudis.
Par la venjance s’an vient vers li marchis
L’espee traite, de ferir talentis.

    — 2695 A trostast — 2698 et opin — 2699 si samit son redin — 2700 autre — 2701 or ne fuie f. — 2707 Prendez — 2708 pors — 2711 Resploiter doi la m.

  1. — 2718 Cha le.